Alerte : C'est le moment de déclarer votre cotisation du 4ème trimestre, le 2ème semestre et l'année 2023. Connectez-vous.
22 juillet 2022

Observatoire des prix Familles rurales

Partager sur

A l’heure où se dessinent les contours d’un projet de loi autour du pouvoir d’achat dans un contexte d’inflation globale, Interfel soutient les demandes de Familles Rurales au gouvernement et rappelle l’urgence de mettre en place un chèque alimentaire qui permettrait à tous d’accéder à une alimentation de qualité.

Devant la hausse des prix des fruits et légumes annoncée dans l’Observatoire, Interfel apporte un éclairage en rappelant que les consommateurs font naturellement des arbitrages en modulant leurs choix de fruits et légumes lors de l’achat : leur panier moyen est resté stable et n’a subi aucune augmentation en 1 an ! D’où l’importance d’améliorer l’information des Français sur la diversité et la disponibilité des produits afin d’atteindre les objectifs du PNNS – au moins 5 fruits et légumes par jour, enjeu majeur de santé publique.

Interfel s’engage pour le pouvoir d’achat des Français

Consciente des enjeux actuels, Interfel soutient la demande de Familles Rurales au gouvernement de consacrer une aide pour toutes celles et ceux qui doivent arbitrer entre des dépenses de première nécessité (essence, énergie, loyer…) et le choix d’une alimentation leur permettant de prendre soin de leur santé.

L’Interprofession s’investit au quotidien pour soutenir le pouvoir d’achat des Français et multiplie les initiatives à leur attention : soutien à l’instauration d’un chèque alimentation fruits et légumes à destination des foyers les plus modestes, soutien à la restauration scolaire, communication pour apprendre à « mieux consommer », communication sur « paniers malins » fruits et légumes…

En chiffres

Le chiffre avancé par Familles Rurales faisant état d’une hausse de 11% des prix des fruits et légumes sur la période de 2021 à 2022 est issu d’un contexte inédit sur le temps de la période étudiée dans cet Observatoire. D’après l’Indice INSEE1 qui prend en compte la part moyenne de chaque produit dans l’offre à chaque période de l’année, l’augmentation serait de l’ordre de 5%. A cet effet, l’Interprofession rappelle une nouvelle fois la spécificité des fruits et légumes – produits fragiles et météo-sensibles dont le prix n’est pas directement lié à l’inflation et varie en fonction du volume et d’une situation (intempéries…). Le panel Kantar2, qui mesure la réalité des achats des ménages et des volumes achetés pour chaque produit durant la période considérée fait état d’un prix du panier moyen (au kg) par ménage qui est resté stable (0% d’augmentation).